Histoire

Depuis des temps immémoriaux, la beauté sauvage de celle qui s’appelle en fait le « Mont Sir-Wilfrid » (en l’honneur de Sir Wilfrid Laurier (1841-1919), premier ministre du Canada) suscite admiration et interrogation.
Une certaine légende amérindienne veut que la montagne soit hantée par le Windigo (Witikow), monstre de la mythologie algonquine, démoniaque possédé du mauvais esprit.

On le craignait et on en menaçait les enfants, d’où sa dénomination de montagne « du Diable » ; traduction du « mauvais esprit Windigo » dans la langue des blancs.
Une autre légende raconte que Windigo est un bon diable qui veille sur le territoire afin de le protéger. Il se fait quelques fois menaçant, mais uniquement envers ceux qui détruisent la nature.

Aux confins des lacs et des rivières…

La Montagne du Diable est au centre d’un doux partage entre la rivière du Lièvre du côté sud-est et la rivière Gatineau (réservoir Baskatong) du côté nord-ouest. La terre a mis plus de 4 milliards d’années à se construire. Ici, c’est l’harmonie parfaite des éléments qui cohabitent dans un univers végétal préservé au rythme des saisons.

Pour conserver l’harmonie…

C’est dans cet esprit de conservation de la nature qu’un groupement d’investisseurs acquiert le territoire en 1994. Il s’agit d’un territoire public, l’idée d’y aménager des sentiers est mise en exergue. Commence alors l’aventure de la « Forêt récréotouristique de la Montagne du Diable ».
En 2001, les Amis de la Montagne reprennent le flambeau et vont propulser la montagne vers un développement touristique contrôlé, en rapport avec leurs principes écologiques. En collaboration avec la Municipalité de Ferme-Neuve, les Amis de la Montagne du Diable apprivoisent et étudient le territoire pour trouver des tracés de sentiers les plus intéressants possible selon la nature du sol et l’emplacement des attraits qu’offre la montagne.
C’est en octobre 2001 que naît le premier sentier de la Paroi de l’aube et le sentier des sommets.
L’idée de créer un parc régional qui préservera l’équilibre fragile de la forêt ancestrale des Hautes-Laurentides est soulevée.

Naissance d’un Parc…

C’est en septembre 2012 qu’est officiellement créé le Parc régional Montagne du Diable. Le directeur général, Christian Parent et toute son équipe ont porté pendant plusieurs années ce projet à bout de bras. C’est donc le sourire jusqu’aux oreilles, non sans une certaine fierté, qu’ils ont pris part à l’inauguration du Parc le 23 novembre 2012, organisée pas très loin du lac Windigo… Désormais, nos enfants et toutes les générations qui suivront auront la certitude que ce territoire sera protégé à vie. Il conservera à jamais ce qu’il a de plus beau : sa flore, sa faune, sa diversité et son authenticité.

Le Village des Bâtisseurs

C’est en décembre 2015, après quelques années de travail, que le Village des Bâtisseurs, situés au pied de la Montagne du Diable, fut complété. On y retrouve 8 refuges et un pavillon d’accueil. Le pavillon Léopold-Papineau comprend plusieurs commodités comme des salles de bain complètes, une salle de rencontre avec un foyer, une cuisine communautaire, une buanderie et une salle de fartage. Il est donc maintenant possible de profiter des activités (ski classique, pas de patin, ski nordique, ski hok, raquettes, randonnée pédestre, vélo de montagne, canot, kayak, pédalo ou surf à pagaie), des splendeurs de la nature et de la Montagne du Diable pendant plusieurs jours avec vos amis ou votre famille.