Viser la sécurité, la protection et la performance dans le choix de l’équipement de plein air hivernal, c’est très bien. Opter en plus pour l’écoresponsabilité, c’est encore mieux. Voici quelques idées de cadeaux susceptibles d’encourager vos proches à réduire davantage l’empreinte écologique liée à leurs activités sans rien gâcher de leur plaisir.

Chaque hiver, mes parents mettaient sous l’arbre de Noël tout ce dont leurs enfants allaient avoir besoin pour leurs randonnées à ski. Il faut dire qu’ils avaient tout intérêt à ce que nous soyons bien équipés et que nous prenions plaisir à nous retrouver sur les pistes. En effet, ma mère avait participé avec ses frères et d’autres pionniers de leur trempe à la mise sur pied du premier club de ski de fond dans l’Est du Québec. Et de son côté, chaque fin de semaine, mon père défiait le froid et la neige pour entretenir les sentiers à grands coups de machette.

La saison de ski s’étirait souvent jusqu’à la fin du mois d’avril et nous la vivions à plein régime. J’en conserve précieusement le souvenir : les animaux sauvages comme compagnons, les enfilades de kilomètres dans une blancheur totale, nos sorties à la pleine lune, les grosses gangs réunis autour de repas mitonnés sur le poêle à bois, la lueur des chandelles sur les mines réjouies.

Les Fêtes de Noël sont encore et toujours l’occasion d’un partage. Pour ma part, je poursuis la tradition transmise par mes parents rehaussée d’une touche plus actuelle. En effet, cette année, mes proches trouveront dans leur bas de Noël des items neufs et usagés (oui, oui, vous avez bien lu) pour des expéditions hivernales plus responsables.

Amants de la nature, à vos listes d’étrennes! 

Une bouteille pour l’eau ou un sac d’hydratation réutilisables

En hiver, il est aussi important d’éviter la déshydratation qu’en saison chaude. C’est pourquoi on recommande d’emporter un litre et demie d’eau dans les longues randonnées et un peu moins dans les plus courtes.

Puisque l’usage de bouteilles d’eau à remplissage unique est extrêmement coûteux au plan environnemental, on lui préfèrera l’achat de bouteilles ou de sacs d’hydratation qui sont réutilisables. De plus, le bisphénol S (BPS), qui est fréquemment utilisé pour remplacer le bisphénol A (BPA) dans la fabrication des bouteilles de plastique, n’est possiblement pas aussi inoffensif pour la santé qu’on le croyait. C’est pourquoi certains amateurs de plein air opteront dorénavant pour la bouteille en acier inoxydable à paroi simple ou double pour transporter leur eau.

Une bouteille en acier inoxydable à paroi double et des gobelets réutilisables

Chocolat au lait, thé, tisane ou jus d’orange, aromatisés au miel, à l’écorce de cannelle, au gingembre, aux épices… : la dégustation d’un breuvage chaud en hiver crée une ambiance toute particulière et redonne de l’entrain.

Grâce à une bouteille à paroi double (communément appelée thermos) de bonne qualité on pourra conserver le breuvage chaud jusqu’à une bonne douzaine d’heures passées au grand air. On comptera un demi-litre de cette joyeuse boisson par personne.

Par ailleurs, si plus d’un individu se partageront la même bouteille, on devra prévoir des gobelets réutilisables qui seront à l’épreuve de la chaleur. On évitera ainsi qu’en buvant directement à la même bouteille, les personnes y introduisent des bactéries.

Le même conseil vaudra pour les bouteilles de plastique comme pour les sacs qui seront utilisés pour l’eau.

Des guêtres imperméables hautes de 18 pouces

Quand les sentiers et les berges des cours d’eau se transforment en marres de boue, il s’agit de résister à la tentation de contourner ces zones devenues temporairement inhospitalières. Le port de bottes et de guêtres imperméables et remontées jusqu’aux genoux protègeront les vêtements et les bottes d’une trop grande infiltration d’eau. C’est déjà le début d’une solution!

Que ce soit avec l’arrivée du printemps ou lors d’épisodes de réchauffement climatique, la circulation hors sentier est dommageable. Entre autres elle abîme les petits arbres qui restent ensevelis sous la neige. Elle contribue à la détérioration de la flore et de l’habitat d’amphibiens et d’insectes. Elle peut entraîner de l’érosion. Peut-être faudrait-il davantage le faire savoir!

Un réchaud et une lanterne à lampion

En plein air, les sandwichs grillés au fromage ont ma faveur par-dessus-tout. Grâce à mon réchaud, j’en fais en un tournemain l’occasion d’une dégustation d’une variété de pains et de fromages. Et je laisse à quelques lanternes à lampion la tâche d’illuminer la nuit autour de nous.

Pas de trace de combustion sur la neige. Ni écorce de bouleau ni branches d’épinettes arrachées en douce aux arbres pour l’allumage du feu. Tout le bois mort laissé au sol. Des émanations minimales grâce à une cuisson très rapide et de très petites flammes.

L’achat d’un réchaud est un peu coûteux. Alors pourquoi ne pas l’offrir à plusieurs en même temps et du même coup réduire la quantité de ressources servant à leur fabrication ?

Kit de toilette écoresponsable

La blancheur des paysages d’hiver s’accommode mal des cernes d’urine ou des glaçons bruns formés par les selles qui vont inévitablement refaire surface sous l’effet du vent ou du soleil. Pas besoin de passer par quatre chemins, la solution la plus éthique (et esthétique) est de rapporter ses excréments et ceux de son chien. Une fois la surprise passée, vous verrez que c’est plus facile qu’on ne le pense.

Le kit de toilette écoresponsable comprend les items suivants : pelle à main ou truelle, petit format de désinfectant pour les mains, papier de toilette dans un sac à fermoir, quelques sachets de plastique usagés et un grand sac totalement hermétique (de type Opsak).

En hiver, le passage à l’acte s’effectuera de la façon suivante :

  1. Prendre un sachet, l’enfiler avec la main et ramasser le dépôt d’urine ou de selles.
  2. Retourner le sachet par-dessus la main et envelopper le dépôt.
  3. Utiliser la pelle pour mettre les restes avec le papier de toilette et les produits d’hygiène féminine dans le sachet. Sceller hermétiquement.
  4. Utiliser le grand sac pour recueillir tous les sachets de la journée. Se désinfecter les mains à chaque fois.
  5. De retour à la maison, jeter le contenu du sac à la poubelle. Désinfecter le sac en vue d’un prochain usage.

Un choix d’items neufs ou usagés en cadeau

C’est tout à votre honneur de vouloir donner une deuxième vie à des pièces de votre équipement. Votre entourage compte certainement des gens comme vous qui sont en train de modifier leurs habitudes de consommation.

Néanmoins deux mises en garde s’imposent.

Réchaud usagé : Il est préférable de faire certaines vérifications avant d’offrir un réchaud usagé en cadeau. D’abord, nettoyez et examinez attentivement les pièces du réchaud. Ensuite, allumez le réchaud à l’extérieur par temps modérément froid et notez comment il se comporte. Il se peut que le froid altère temporairement sa performance.

Vérifications à faire

  • Le manuel d’instruction accompagne le réchaud ou est accessible en ligne.
  • Le carburant recommandé par le fabricant est disponible auprès des détaillants.
  • Aucune pièce n’est endommagée ni manquante.
  • Les pièces de rechange sont destinées à ce modèle.
  • La flamme est régulière. Il n’y a pas de fuite de carburant.

Bouteille réutilisable : Si votre bouteille date de plusieurs années ou qu’elle est fissurée ou très égratignée, elle pourrait être composée de bisphénol A. Le BPA est un produit chimique industriel qui n’est plus utilisé par les fabricants depuis un certain nombre d’années en raison de ses effets nocifs sur la santé.

En cas de doute, vaut mieux tout simplement mettre votre bouteille au rebut ou lui trouver un autre usage. Pour ma part, je mets dans de vieilles bouteilles le kit de survie qui m’accompagne toujours en forêt.

Un mot pour la fin

Les milieux de grande nature nous en mettent tellement plein la vue que la fragilité de notre écosystème peut nous échapper. Aller à la recherche de cadeaux plus écoresponsables, c’est agir en fonction du fait que nos choix entraînent des conséquences sur l’environnement et qu’il n’est plus possible de faire comme nous l’ignorions.

« L’espoir de l’avenir, il est dans la nature et dans les hommes qui restent fidèles à la nature. »

Félix-Antoine Savard

ARTICLE DE DANIELLE LANDRY

Danielle Landry est conseillère en éthique écoresponsable chez De ville en forêt. Elle est inspirée par l’amour que les gens portent à la Nature et par leur sens des responsabilités envers les prochaines générations. Elle offre ses conseils à celles et ceux qui cherchent à réduire l’empreinte écologique liée à leurs activités en plein air en adoptant des habitudes mieux adaptées à la protection de l’environnement.

Danielle a eu la chance de découvrir le Parc régional Montagne du Diable à l’occasion du Festival Santé de la Montagne 2016. Elle se promet de revenir parcourir les sentiers de votre magnifique coin de pays.

Pour des conseils ou pour plus d’information sur les services de De ville en forêt: www.DeVilleEnForet.com