COVID-19 : l’expérience plein air en toute sécurité. Détails

Le volume d’appels est actuellement important et peut occasionner des délais d’attente. Nous vous invitons à consulter la foire aux questions pour toutes les informations.

Informations

Cette page a été créée en vue d’informer et de rassurer les différents utilisateurs du secteur du lac et de la chute Windigo.

 Tout d’abord, veuillez noter que ce secteur fait partie du Parc régional de la Montagne du Diable depuis l’an 2000. Le Parc Montagne du Diable à Ferme-Neuve compte 10 000 hectares. Le secteur de la chute et du lac Windigo fait 120 hectares. Soit 1% de l’ensemble du territoire.

Jusqu’à présent, les aménagements avaient été concentrés au Village des Bâtisseurs et en Montagne. Depuis cet été 2020, ces aménagements concernent le secteur du lac et de la chute Windigo.

Toutes les phases d’aménagements ont dû respecter la mission première commune à tous les parcs régionaux : encadrer, protéger et mettre en valeur un territoire considéré comme précieux et fragile dans une perspective de développement durable et de support au développement de la collectivité.

pour mieux comprendre

Rappel de l'historique

Le 24 février 2009, la Municipalité régionale du comté (MRC) d’Antoine‐Labelle a accepté une résolution pour soutenir les démarches en vue de la création d’un parc régional et la création d’une entité juridique gestionnaire du territoire.

Le but visé par la création du parc était de conserver, d’exploiter de façon durable un territoire de 100 km2, de planifier le développement de façon concertée et de diversifier l’offre touristique régionale.

L’organisme « Parc régional Montagne du Diable (PRMD) » est entré en fonction le 9 juillet 2009 sous le matricule 1165979650.

La volonté de mettre en place le parc régional comme un outil incontournable au développement a été scellée par résolution de la MRC d’Antoine‐Labelle et par les municipalités de Ferme‐Neuve et de Mont‐Laurier.

Les ministères des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire en concertation avec le ministère des Ressources naturelles et le ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs ont décerné le statut de parc régional à ce territoire.

Gestion durable

Le PRMD (Parc régional Montagne du Diable), c’est 10 000 hectares d’espace naturel privilégié avec des écosystèmes (parfois fragiles) à protéger. 70 % du territoire du PRMD sont situés dans la réserve de biodiversité Montagne du Diable, ce qui implique d’avoir en tout temps les permis d’autorisations et d’interventions des ministères suivants lors des aménagements :

  • le MDDELCC (ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques)
  • le MFFP (ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs)
  • le MERN (ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles).

Le Parc régional Montagne du Diable compte également deux écosystèmes de forêt exceptionnelle (EFE) qui sont devenus des zones protégées et contrôlées grâce à la corporation du PRMD. L’aménagement du secteur de la chute et du lac Windigo ne déroge pas à la règle. La firme L’Enclume, coopérative de travail œuvrant dans le domaine de l’aménagement du territoire, a d’ailleurs eu le mandat de faire une étude d’avant-projet afin d’aménager le secteur de manière durable.

Au coeur de notre région

Les aménagements du secteur de la chute et du lac Windigo impliquent des changements de comportements de la part des différents utilisateurs.
Le pôle du Windigo est un pôle multi-usage puisqu’il se situe au point de rencontre de différents utilisateurs, à savoir, les visiteurs québécois et internationaux, les vacanciers, les utilisateurs d’activités de plein air (randonneurs, kayakistes, etc.) et les utilisateurs d’activités motorisées (quad, motoneiges, etc.). Le but de ce pôle consiste à partager cet environnement entre tous, de manière harmonieuse. Les services et activités étant destinés à tous ces utilisateurs.

Certain·es l’acceptent parfois difficilement, mais le message qu’il faut comprendre dans l’ensemble de ces aménagements c’est que c’est un changement aujourd’hui pour les générations de demain.

Malheureusement rien n’étant immuable, il faut s’adapter et réagir à temps pour garder ce secteur riche environnementalement et touristiquement parlant. Il en va de l’intérêt d’une région toute entière. Région d’autant plus touchée d’un point de vue touristique et donc économique suite à la pandémie de la Covid-19.

 Ce sont tous les acteurs qui interviennent de près ou de loin dans l’aménagement de ce secteur qui remercient tous les utilisateurs de leur compréhension, de leur patience et de leur collaboration.

Foire aux questions

Consultez la Foire aux questions ci-dessous qui vise à répondre à vos principales interrogations.

Pourquoi encadrer l’aménagement du secteur lac Windigo?

C’est le constat déplorable de salubrité (papiers, canettes, plastiques, feux, etc.) qui a amené à une réflexion quant à l’urgence de préserver cet espace naturel.
Au fil des années, les lieux étaient de plus en plus achalandés avec des conséquences environnementales désastreuses à cause du non-respect des règles civiques de base mais aussi car certains visiteurs n’ont parfois pas conscience de l’impact de leurs gestes sur les écosystèmes.

Le secteur de la chute et du lac Windigo font partie des trésors des Hautes-Laurentides. Une gestion responsable du site devenait une priorité.

Est-ce que je vais encore pouvoir aller glisser dans la chute Windigo?

Évidemment! Par contre, et parce que la chute fait partie du territoire du parc régional, des droits d’accès ou cartes de membre annuelles seront disponibles à l’achat en ligne. De plus, un sauveteur sera sur place et les visiteurs qui souhaitent glisser auront accès à de l’équipement de sécurité (casque, gilet de sauvetage).

Pourquoi je ne payais rien jusqu’à maintenant?

Parce qu’aucun aménagement n’avait été effectué. Normalement, un droit d’accès aurait dû s’appliquer depuis la création du parc en 2010 mais le parc régional ne voulait pas faire payer un droit d’accès pour un territoire qui n’était pas encore aménagé.

Avant, je remontais en haut de la chute par le sentier sur le côté. Pourquoi l’avez-vous déplacé?

Tout simplement parce que nous travaillons sur le terrain en collaboration étroite avec le Cobali (Comité du bassin versant de la rivière du Lièvre). Après analyse du milieu, il a été décidé de reculer le sentier parce que la fragile végétation le long de la chute Windigo est en pleine régénération. Ce nouveau sentier va conserver le ruisseau Windigo en santé et réduire l’érosion.

Au printemps, le sentier était inondé à cause du fort débit d’eau dû à la fonte des neiges. Les visiteurs devaient passer plus loin, en pleine forêt. Ce qui n’était ni sécuritaire, ni recommandé d’un point de vue environnemental.

Et la plage du Windigo? Est-ce qu’elle sera encore accessible à tout le monde?

Oui et comme pour la chute, des aménagements seront effectués pour assurer la sécurité des visiteurs. Un droit d’accès est aussi applicable puisque le lac Windigo fait également partie du Parc.

Est-ce que je pourrai encore faire un feu sur la plage comme avant?

Des endroits seront aménagés pour faire des feux en toute sécurité et en respect avec le contexte naturel.

À quoi sert mon droit d’accès?

Les droits d’accès sont une partie des revenus du PRMD. Ils servent principalement à maintenir les aménagements du parc sécuritaires. Mais aussi à l’entretien des sentiers (+ de 200 km au total) et au maintien des salaires des employés du parc. Tous les jours, le personnel de terrain travaille sans répit. Les intempéries créent des dommages. Que ce soient la pluie, le gèle, les tempêtes, la sécheresse, les circonstances météorologiques guident le travail de l’équipe sur le terrain. Une forêt entretenue, c’est une forêt en santé et protégée. C’est l’assurance d’un environnement sain et controlé pour notre génération et celle de demain.

Pourquoi avoir décidé d’aménager ce site?

L’aménagement du secteur Windigo est une réflexion de longue date qui n’a donc pas été décidée du jour au lendemain. L’ajout de services dans le secteur a été un élément soulevé lors de plusieurs consultations publiques avec le milieu touristique, les Amis de la Montagne et le Parc régional Montagne du Diable. Plusieurs acteurs de la région des Hautes-Laurentides et visiteurs ont mentionné leur souhait que ce secteur soit amélioré.
Le PRMD a ainsi intégré la mise en valeur du Pôle Windigo dans son plan d’aménagement et de gestion 2 2017-2021 après plus de 18 ans de concertation.
Il est important de comprendre que le PRMD, reconnu comme une entreprise d’économie sociale par ses actions et sa mission, a comme objectif de promouvoir, conserver et développer dans une optique de développement durable, le territoire et les attractions du parc en plus de promouvoir et développer des activités de plein air sécuritaires avec les intervenants et entreprises de la région.
Ainsi, les aménagements, que le Parc propose dans son étude d’avant-projet réalisée par la firme l’Enclume – atelier de développement territorial, sont toujours élaborés dans une optique de développement durable et de conservation de l’aspect naturel. Le Parc est soumis à des réglementations strictes et contrôlées par différents ministères.

Est-ce que les lieux seront accessibles en VHR?

Un stationnement sécurisé aux abords du secteur de la chute et du lac Windigo est prévu pour stationner les véhicules. De là, la chute et le lac sont à une courte distance à pied. Une belle façon de vous imprégner de la beauté des lieux avec le bruit de l’eau en toile de fond.