Le Parc régional Montagne du Diable a une place bien spéciale dans notre famille. En fait, on pourrait même aller jusqu’à dire qu’il en fait partie. Voyez-vous, depuis 8 ans déjà, nous parcourons ses sentiers au gré des saisons. De vastes forêts ondulantes à des sommets époustouflants, les différents paysages de ce parc ont vu notre famille grandir et s’agrandir.

Porter son bébé parmi les arbres

Tranquillement, j’avance sur le sentier enneigé, mon précieux cargo bien accroché sur mon dos. La forêt respire doucement et les flocons de neige qui tombent sur nous forment une couverture d’hiver d’une sublime beauté. Ma fille, si petite encore et bien emmitouflée dans son habit de neige, s’émerveille de tout ce paysage qu’elle voit pour la première fois. Bientôt, au fils des visites sur ce site, nous deviendrons une équipe mère-fille imbattable; moi qui marche pour me ressourcer, pour me retrouver et me perdre à la fois et ma fille qui sera la plus fidèle amoureuse de Mère Nature.

Une année plus tard et un Noël dans la montagne

La nuit est tombée depuis bien longtemps, mais nous avançons toujours avec notre minuscule fanal sur un sentier qui semble s’enfoncer et disparaître entre les grands arbres noirs. Notre fille s’est endormie après un allaitement en pleine nature, son visage comblé maintenant caché dans son foulard. Je la porte encore quelque fois dans mon dos, pour les longues randonnées. Je l’emporte avec moi toujours plus loin dans les bois. Son papa ferme la marche avec nos nombreux bagages, un sourire aux lèvres et le coeur grand ouvert sous la nuit froide et étoilée. Nous passerons Noël au Versant Nord cette année, en toute simplicité.

Les années qui passent comme des saisons

En silence, j’observe mes deux enfants qui marchent en regardant tout autour d’eux, en étudiant la forêt dans les moindres détails. Ils sont toujours à la recherche d’un trésor, toujours à la recherche d’une curiosité non identifiée. Ils ont appris à observer les secrets d’une nature qui est beaucoup plus qu’un simple paysage à apprécier. Ils sont maintenant capables d’identifier de nombreux oiseaux, des arbres, des plantes et ce, avec autant de passion que les toutes premières fois où je leurs ai offert des noms pour comprendre ces choses qu’ils observaient. La simple fleur est devenue un sabot de la vierge, l’étrange décoration dans l’arbre est maintenant l’usnea barbata et notre arbre frissonneur se nomme à présent l’Hêtre à grandes feuilles.

Avec le temps

Le Parc régional Montagne du Diable nous a donc vu passer de couple à parents, puis d’un bébé à des enfants. Il a entendu nos chansons loufoques, nos rires et nos rêves. Il a connu les premières randonnées des petits, tellement déterminés à aller jusqu’au bout du sentier.
Il nous a vu en souliers, en raquettes et en skis, sous la pluie, la neige et même la nuit. De marches sous les érables colorés aux nombreux tours du lac de la Montagne, les sentiers nous ont aidé à devenir la famille que nous sommes présentement. Ces mêmes sentiers ont vu la définition du mot famille pour nous et aujourd’hui, ils sont encore les fidèles témoins de notre persévérance, de notre joie de vivre et de notre amour inconditionnel pour la nature.

Lorsque nous allons marcher à la montagne, c’est un peu comme si nous revenions chez-nous.

Jénifer Paquet, blogueuse Osez local